Devenir pilote : la formation

Voler en planeur procure des sensations uniques.
Ce sport allie le goût du pilotage, de la liberté, de l’évasion et même de la compétition.
Quel que soit le niveau du pilote, il peut se fixer des objectifs et les atteindre.
Ce sport forme aussi un esprit d’équipe où chacun peut apporter quelque chose en fonction de ses compétences.

L’école

Pour les jeunes, le vol à voile est une excellente formation préalable aux carrières aéronautiques professionnelles.

Si vous ressentez l’envie d’apprendre à piloter un planeur, nous vous conseillons tout d’abord de venir faire un baptême de l’air. Si vous sentez que cela vous plaît, vous pouvez vous inscrire en tant que membre du club. Vous serez donc élève-pilote.

A bord d’un biplace, accompagné d’un instructeur, vous faites l’apprentissage du pilotage du planeur (vol en ligne droite, virage, montée en spirale dans une ascendance, décollage et atterrissage, etc…), de la maîtrise du vol (orientation, analyse des conditions aérologiques, prise de décisions, règles de sécurité, etc…).

Cet enseignement pratique va de paire avec la théorie du manuel de l’élève pilote de planeur.

La formation est effectuée par des instructeurs de pilotage de planeur qui vous enseignent les bases du pilotage et du vol à voile élémentaire. Vous pourrez ensuite accéder à une approche plus sportive en commençant par apprendre à voler sur la campagne avec des instructeurs de vol à voile pour vous promener de plus en plus loin et pourquoi pas ensuite de plus en plus vite pour faire des courses lors de championnats !

Vos progrès et le niveau atteint sont tenus à jour après chaque vol sur une fiche de progression.

Les formalités

  • avoir 14 ans révolus pour être lâché mais vous pourrez débuter votre formation dès 13 ans,
  • avoir 16 ans révolus pour la délivrance du Brevet (BPP) et de la licence de pilote de planeur,
  • satisfaire à un examen médical (la liste des médecins agréés vous sera remise à l’inscription),
  • pour les mineurs, fournir une autorisation parentale.

Pour la validité de la licence de pilote, les règles ont changées récemment, il faut avoir effectué dans les 24 derniers mois, au moins :

  • soit 6 heures de vol en tant que commandant de bord incluant 10 décollages,
  • soit 3 heures de vol en tant que commandant de bord, incluant 5 décollages et un minimum de 3 vols d’entraînement avec un instructeur.

Il faut également satisfaire à un contrôle de compétence auprès d’un instructeur de vol à voile au moins une fois tous les 6 ans.

Le Lâcher

Après un certain nombre d’heures (consignées dans votre carnet de vol), variable en fonction de chacun (la moyenne est de 20 heures, une quarantaine de décollages et d’atterrissages), arrive le moment attendu : le lâcher.

L’instructeur, vous estimant apte, va vous confier le commandement du planeur et vous réaliserez votre premier vol solo, grand moment dont on se souvient toujours.

Les leçons en double ne sont pas terminées pour autant, il faut maintenant progresser en alternant vols en solo près du terrain et vols sur la campagne avec le moniteur.

La progression

La première étape est le BPP (Brevet de Pilote de Planeur). Il exige deux heures de vol solo dont un vol d’au moins une heure, une dizaine d’atterrissages en solo et un examen officiel théorique et pratique. Nouveau breveté, vous êtes désormais Commandant de bord.

Ensuite viendra :

  • le lâcher campagne : autorisation de quitter les abords de l’aérodrome pour aller admirer d’autres paysages dans la région,
  • les certificats de performance D, E et F qui vous entraînent plus loin en distance et en altitude,
  • la qualification “Emport de passager”, qui vous permettra d’emmener vos amis et votre famille en planeur biplace. Cette autorisation vous sera délivrée par un instructeur de vol à voile (ITV) après avoir acquis une expérience de 50 heures de vol en tant que commandant de bord, après le brevet ;
  • le lâcher sur des planeurs de plus en plus performants, au fur et à mesure de votre progression ;
  • des stages dans des régions de plaine ou de montagne où les conditions sont différentes vous permettront encore acquérir plus d’expérience ;
  • la compétition ! et oui, le vol à voile est un sport où les pilotes réalisent des courses de plusieurs centaines de kms en fonction des conditions météorologiques du jour.
  • et pourquoi pas l’instruction à votre tour ?

Le BIA (Brevet d’Initiation Aéronautique)

Le BIA (Brevet d’Initiation à l’Aéronautique) est un bonus proposé par certaines écoles pour les jeunes de moins de 18 ans désirant approfondir leurs connaissances en aéronautique et même, devenir pilote.
Le BIA est un cours qui se déroule durant toute l’année dans l’école qui propose cette formation.

Les cours du BIA sont composés de cinq thèmes :

MÉTÉOROLOGIE

Les élèves apprennent les bases de la météorologie, c’est-à-dire la reconnaissance des différents types de nuages, lesquels sont dangereux, lesquels sont signe de beau temps… ainsi que la formation des vents, de la convection thermique (les fameuses pompes), les différents fronts et tous les phénomènes météorologiques.

AÉRODYNAMIQUE & MÉCANIQUE DE VOL

Les élèves apprennent comment vole un avion, comment le manœuvrer et les différents écoulements de l’air autour de l’aéronef.

CONNAISSANCE DES AÉRONEFS

Les élèves apprennent à reconnaître les différentes sortes d’aéronefs, ainsi que toutes les différentes formes de profils. De plus, ils apprennent dans cette partie dont se compose un avion, un hélicoptère et un planeur qui sont les trois grandes catégories d’aéronefs.

NAVIGATION & SÉCURITÉ DES VOLS

Les élèves apprennent ici comment naviguer en avion ainsi que toutes les grandes lignes de la réglementation aérienne.

HISTOIRE DE L’AÉRONAUTIQUE & DE L’ESPACE

Les élèves apprennent l’histoire de l’aéronautique avec toutes les grandes dates, des premières machines volantes de Léonard de Vinci au XVe siècle aux vols spatiaux d’aujourd’hui en passant par l’invention du pilote automatique en 1912 et du premier franchissement officiel du mur du son en 1947. C’est surtout un chapitre de culture générale.
Il y a également deux épreuves facultatives qui sont : aéromodélisme et vol libre dont seuls comptent les points au-dessus de 10, mais ces deux épreuves sont à travailler chez soi.
L’élève qui suit les cours du BIA se voit également offrir une heure de pilotage en avion avec un instructeur.
Pour résumer, l’élève qui suit les cours du BIA dispose de bases solides pour commencer une formation aéronautique et effectue une heure de vol en tant qu’élève-pilote.
Si l’élève obtient son BIA, il dispose en plus de bourses des différentes fédérations dont il dépend.